Le rêve de Jules Lebridour

Publié le par Ivan de Duve

Jacques Trémolet de Villers

 

 

Le rêve de Jules Lebridour

 

 

 

 

Dominique Martin Morin

 

 

EAN : 978-2-85652-305-6

 

 

Jacques Trémolet de Villers est un grand avocat et un grand écrivain. J’ai particulièrement aimé de lui Heureux qui comme Ulysse (DMM 1999) et Les fleurs d’Ulysse (DMM 1996). Dans Le rêve de Jules Lebridour, il nous propose neuf contes de notre temps. Mon préféré est Le souper de Pietrose :

 

 

« - Et le village, alors ?

– Ah, mon petit, la Corse serait le plus beau pays du monde… s’il n’y avait pas les Corses !

Ainsi sont les vrais peuples, les vraies races, amoureux de leur terre et rop lucides sur eux-mêmes. Ainsi  sont les Juifs en Israël, disant l’intolérable fossé qui sépare la beauté du destin proposé et l’indignité de ceux qui devraient l’accomplir. »

 

 

Et, en seconde place, La nuit andalouse que seul jean Cau a su rendre aussi présente :

 

 

«  … elle avait choisi ce temps ordinaire d’une nuit ordinaire, pour débarquer ainsi, toute neuve, toute espiègle, fraîche comme au premier matin du monde. »

J’ai aussi aimé, en quatrièrme de couverture, cette phrase :

« Il se pourrait bien que, défiant les pronostics des tristes marchands de papier, les contes soient le genre ailé qu’il faut aux lettres de notre temps. »

 

 

Que mon ami Dimitri Melissas, Consul honoraire de Patagonie à Bruxelles et retraité à Sarrians (84), en prenne de la graine !

 

 

Ivan de Duve

15 juillet 2007

Cet article est paru sur le site des Manants du Roi

www.lesmanantsduroi.com le 25 juillet 2007

 

 

 

 

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article