Patrick de Carolis

Publié le par Ivan de Duve

 

Les demoiselles de Provence

 

 

 

 

 

 

Un excellent roman que l’on trouve dans toutes les librairies ; la cas est assez rare et mérite d’être signalé. Au XIIIième siècle, Raimon Bérenger est comte de Provence ; il en est souverain. Sa séduisante épouse, comtesse Béatrice de Savoie, ne lui donne pas de fils pour lui succéder mais, successivement, lui donne quatre filles, les demoiselles de Provence, Marguerite, l’aînée qui deviendra reine de France en épousant Louis IX, Éléonore qui deviendra Reine d’Angleterre en épousant Henry III dont Sancie épouse le frère Richard de Cornouailles et Béatrice qui épousera Charles d’Anjou qui deviendra roi de Sicile.

 

 

 

 

 

 

En nous décrivant les péripéties de la Provence , de la France , de l’Angleterre au XIIIième siècle, c’est avec un vrai bonheur que Patrick de Carolis nous promène dans les coulisses d’un monde que nous apprenons à mieux connaître et à plus aimer : celui de l’Europe au Moyen Âge, des cathares, des Albigeois, du pape Innocent IV, des croisades, de l’empereur Frédéric II, de Simon de Montfort, des nobles et des manants, un monde voué au Christ, un monde ou l’inné et l’acquit font bon ménage, où l’âme l’emporte sur le corps, où l’honneur l’emporte sur la matérielle, un monde où dominent les vraies valeurs, un monde comme nous l’aimons. Le prestige n’est-il pas ce soleil dont l’éclat caresse les orgueilleux et ne brûle que les médiocres. O Sol Invictus !

 

 

 

 

 

 

Jamais Saint-Louis ne m’a paru plus saint que dans ce roman.

 

 

 

Les épreuves, la prière et la méditation lui ont appris que la paix et la concorde valent bien plus que la possession des biens de ce monde et la domination sur les autres.

 

 

 

 

 

 

Que nous sommes loin des Yankees et de leurs guerres absurdes, Serbie, Afghanistan, Irak et celles qu’ils nous préparent, avec le support de l’O.T.A.N., organisation européenne défensive (sic).

 

 

 

Jamais nous n’avons autant aimé la Provence , ses cigales et ses senteurs.

 

 

 

 

 

 

Un très bon roman et un très beau cadeau pour les fêtes de fin d’année.

 

 

 

 

 

 

Ivan de Duve, décembre 2005

 Cet article est paru dans Le Libre Journal de la France courtoise n°369 du 2 février 2006 et sur le site Les Manants du Roi :  www.lesmanantsduroi.com / Civilisation / Les Belles Lettres, article n° 5131

 

 

 

 

 

Patrick de Carolis

 

 

 

Les demoiselles de Provence

 

 

 

Plon, 2005, 442 p., 21 €.

 

 

 

ISBN : 2-259-20065-6

 

 

 

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article