Notes pour comprendre le siècle

Publié le par Ivan de Duve


Ce
p
etit livre de Drieu, paru en 1941 a été réédité fin 2005 par les Éditions du Trident.  Il commence par des notes sur l’équilibre du corps et de l’âme au Moyen Âge, ce Moyen Âge qui m’est si cher. Si cher au point d’avoir dans ma bibliothèque plus de seize mille pages consacrées ay cycle du Roi Arthur et qu’un film comme Braveheart du grand Mel Gibson parvient encore à me faire frissonner. « Dans le cycle d’histoire où nous sommes, le Moyen Âge traite d’abord le corps (...) Le Moyen Âge a été une magnifique époque de jeunesse(…) Le héros finit par rejoindre le saint. Guillaume d’Orange, fatigué d’être un héros, se fait moine (…) Ce n’est pas en dépit du christianisme, mais à travers le christianisme que se manifeste ouvertement et pleinement cette joie de vivre, cette joie d’avoir un corps, d’avoir une âme dans un corps, de nourrir l’un par l’autre, cette joie d’être ». Cette joie d’être, bien plus importante à mes yeux que la joie d’avoir[1].
 
Drieu poursuit ses notes par ses vues sur la Renaissance : premiers troubles. « Comme l’a perçu Nietzsche, la papauté aurait peut-être présidé à l’heureuse et entière réconciliation de la tradition païenne et de la tradition chrétienne, soi-disant ennemies, si la Réforme n’était arrivée (…) Le corps, qui est devenu un objet esthétique et érotique, cesse d’être cette source fraîche et spirituelle qu’il a été pendant le Moyen Âge ».
 
Puis il critique à sa façon rationalisme et romantisme. « Qu’est-ce qu’un romantique ? C’est un homme qui a douté de la raison en voyant le spectacle de 1789 à 1815, mais qui étant disposé à y croire aussi éperdument qu’un homme du XVIIIe finalement est prêt à y croire encore ; il s’y raccroche désespérément ». Il poursuit par un regard sur naturalisme et symbolisme, cette consommation du romantisme. « La machine nos fait voir le triomphe, mais aussi la déchéance de la raison. Privée de l’étuve mystique, la raison dès lors incapable, aussi bien de vaste embrasement que de pénétration subtile, inapte à saisir en même temps les valeurs propres à l’universel et celles du particulier, de l’invisible et du visible, s’alourdit, s’enlise dans la seule matière. Elle en poursuit les immédiates lois sans plus saisir en elles la vibrante correspondance avec les lois d’un ordre supérieur (…) Un homme naît peintre ou musicien. Ce sont les gestes de ses ancêtres qui ont préparé ses gestes. Un homme naît peintre, il ne le devient pas. (…) Du reste, le paysan voit lui-même peu à peu se tarir ses vertus. Avec la nature, avec les choses, ses contacts sensuels et manuels diminuent ; il n’est plus l’artisan universel qu’il était autrefois ; il renonce à façonner ses outils, il les achète, ainsi que les vêtements, les meubles, les semences, toutes sortes d’ingrédients. La machine remplace l’outil. L’agriculture devient en partie une industrie détachée de la nature, imposée à la nature comme les autres industries. Dès lors, étant perdu, comment le paysan pourrait-il encore sauver l’homme de la ville ? – Du même mouvement que l’homme de ville cesse d’être paysan, il cesse d’être guerrier. C’est encore pour lui une façon de perdre le sens de toute œuvre, de toute pensée. Le travail du guerrier, c’est une autre façon pour l’homme d’éprouver corps et âme, de les maintenir dans un juste rapport, c’est le suprême travail manuel et moral. Et c’est la suprême expression de la nature, sans cesse entre la vie et la mort ».
 
L’autre face du Symbolisme, pour Drieu, voit la mort et la résurrection de l’âme. « Hors de l’Église point de salut, hélas, aussi point de salut pour l’Église hors des lois dont elle a perdu le sens. (…) Baudelaire a un sens incomparablement plus sérieux du rôle de la mystique dans l’économie humaine que les premiers romantiques ».
 
De même, pour lui, le sport et l’athlétisme permettent, après sa mort, la résurrection du corps. « -- Une énorme révolution dans les mœurs a commencé quand la précédente donnait ses fruits ultimes, les plus pourris, les plus empoisonnés, quand s’exaspérait et se roidissait la révolution urbaine qui avait arraché l’homme à la nature et à la campagne, qui avait séparé son âme et son corps et flétri chacun séparément. La révolution inverse allait ramener l’homme des villes vers la campagne, allait lui faire retrouver la vie totale dans la fusion du corps et de l’âme, lui permettre de recharger la raison d’une force d’exaltation et de dépassement (…) Nietzsche est le saint qui annonce le héros (…) cet homme relance la vie religieuse dans l’humanité avec la puissance des grands aveugles voyants, avec la puissance d’un Platon.(…) – Il y eut le sentimentalisme passionné de l’Italie. Il y eut la présence immuable de l’Espagne, protestation vivante contre les déviations, les oublis, les appauvrissements de toute l’Europe progressiste (…) – Il y eut l’intrusion de la Russie avec son étrange et puissant archaïsme embrouillé où se nouaient d’anciens printemps et d’anciens hivers de l’aventure humaine. Le Russe vivait le christianisme comme un barbare du IVe siècle.
 
Puis vint la renaissance de l’homme européen. « -- Un nouvel homme était né, en réaction contre la ville, à cheval sur la campagne et sur la ville, constituant dans l’âme et dans le corps les valeurs de force, de courage, d’affirmation, avide d’embrasser l’expérience et l’épreuve, de s’établir sur un rapport direct et constant entre ce qui est senti, ce qui est pensé et ce qui est accompli. (…) – Il y a plus de moralité ou de raison chez un homme qui donne un coup de pied dans une vieille pendule que chez celui sui s’obstine à la réparer alors qu’il est sûr qu’elle mentira toujours à la lune et au soleil ».
 
Ces notes ont été écrites entre janvier et juillet 1940. Qu’elles sont belles et justes. Qu’elles sont, hélas, prémonitoires. Aux jeunes d’en faire une saine réalité.
 
Ivan de Duve
16 décembre 2007 Drieu la Rochelle
Notes pour comprendre le siècle
Éditions du Trident
ISBN 2-84 880-021-6
EAN 97828488002119


[1] Voir Retour au réel de Maxime Laguerre, Éditions Dualpha   ISBN 2-912476-94-1 EAN 9582912476940                                                                                                    

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article